L'évolution des technologies d'accès à l'internet mobile

28/03/2018 | Réseau et interconnexions dans les entreprises | Eymeric Perouse

En 2017, plus de 60% des internautes accèdent au web en passant par un smartphone : un chiffre impressionnant qui continue d’augmenter tous les ans. Les entreprises n’échappent pas à la règle et ont aussi emboîté le pas sur cette technologie tout en restant prudentes sur les usages. En effet, une entreprise ne peut pas vraiment maîtriser le volume de ses échanges sur son accès Internet.

Définitions et état des lieux

L’utilisation des technologies d’Internet mobile est régie par deux facteurs :

  • le débit du réseau et la latence : Ce sont les valeurs qui garantissent une connexion rapide à Internet et une vitesse de chargement optimal.
  • la couverture réseau : Ce sont les antennes relais des opérateurs qui permettent aux utilisateurs de bénéficier d’une couverture plus ou moins vaste.

Au-delà de ces deux facteurs, les technologies utilisées pour communiquer entre les antennes relais et nos smartphones diffèrent : on les appelle « normes de réseau mobile » et il en existe plusieurs :

2G : c’est le passage de la technologie analogique à la technologie numérique. Cette norme a permis aux utilisateurs mobiles d’avoir un échange vocal mais aussi d’échanger de faibles volumes de données (texte, SMS, etc.).

3G : c’est la troisième génération de technologie mobile ; les débits sont bien plus importants et ouvrent donc les portes à de nouveaux usages : transmissions vidéos, TV, visio, etc…

4G : ici le changement réside dans l’augmentation du débit maximum théorique : jusqu’à 150Mb/s, soit 3 fois le débit de le 3G

A savoir que toutes ces normes sont rétro-compatibles, c’est-à-dire, qu’un appareil utilisant une norme récente pourra forcément utiliser une norme plus ancienne.

4G+, 4G++ ou l’explosion de l’usage de la mobilité

La montée en charge du réseau 4G et la féroce concurrence entre les acteurs du marché, pour proposer une couverture réseau toujours plus efficiente, a fait apparaître en 2015 une nouvelle norme : la 4G+.

Le débit théorique passant de 150 Mb/s à potentiellement 300Mb/s, cette nouvelle technologie offre un meilleur débit et une plus grande stabilité. C’est donc logiquement la VoIP (téléphonie par Internet) qui vient se greffer aux nouveaux usages de la mobilité. Les normes précédentes ne permettaient pas de surfer sur Internet ET de téléphoner.

Plus récemment, nous avons vu apparaitre la norme 4G++ UHD, la plus rapide et la dernière norme sortie et France. Avec un débit maximal théorique de 450 voire 500 Mb/s, cette technologie permet de naviguer sur Internet sans ralentissement, de regarder des vidéos en streaming ou encore faire des appels Skype à l’autre bout du monde grâce à une troisième bande de fréquence (quand la 4G+ n’en utilise que 2)

Le futur de la mobilité : 5G

La 5G arrive et va être testée dans neuf villes de France d’ici quelques semaines pour un lancement d’ici 2020.

Cette nouvelle norme ne se limitera pas qu’aux smartphones. Alors que, jusqu'à présent, les nouvelles générations de réseau mobile comme la 2G, la 3G ou la 4G ont apporté un bien meilleur débit de connexion à Internet sur les smartphones, la 5G intégrera, les objets connectés. Avions, robots et surtout voitures seront connectées grâce à cette future norme qui traite plus de données plus rapidement.

A titre indicatif, une personne qui a un Smartphone, qui surfe sur Internet, qui va sur Facebook et qui envoie des mails et des messages, va produire en moyenne 1,5 Go de données par jour. Une voiture complètement autonome, va produire près de 40 Go de données par jour. Il est évidemment impossible de stocker autant d’informations dans un véhicule. Il faudra donc avoir recours au Cloud.

Tout cela va également devoir s’appuyer sur des niveaux de sécurité et de services non encore explorés à ce jour. L’hyper disponibilité des Systèmes d’Information et des objets connectés ne peut se faire qu’avec un encadrement strict de la confidentialité et du contrôle des accès.

Posts à l'affiche

Le bureau virtuel dans le Cloud : VDI 1.0

18/05/2018 | Stéphane Prunier