Le SD-WAN détrône-t-il déjà le MPLS ?

25/06/2018 | Réseau et interconnexions dans les entreprises | Samuel Gautier

Peut-on construire son réseau d’entreprise sur la base de liens « bon marché » grâce au SD-WAN ?
Le SD-WAN annonce-t-il la mort programmée des réseaux MPLS ?
Faut-il choisir le SD-WAN, l’hybridation ou les deux ?
Voilà sans doute les questions que vous vous posez
Le SD-WAN, aujourd’hui largement brandi comme la nouvelle solution ultime pour une gestion autonome, optimale et économique des réseaux d’entreprise, est-il réellement capable de remplacer nos réseaux MPLS en France ?
Samuel Gautier, Directeur Général de FIDUCIAL Cloud nous partage son point de vue

Une question à remettre tout d’abord dans son contexte ...

Le SD-WAN est né aux États-Unis dans un contexte de marché bien différent du marché français. En effet, les Etats-Unis souffrent d’un marché extrêmement fragmenté, onéreux, ainsi que d’une offre de raccordement souvent assez pauvre en termes de choix technologiques et d’alternatives commerciales. Cette situation s’explique notamment par les difficultés à déployer des infrastructures uniformes et globales à l’échelle de sa dimension. Dès lors, les réseaux d’entreprise aux USA se fondent très souvent sur l’Internet au travers de réseaux VPN véhiculés sur Internet. Dans ce cadre bien précis, il paraît évident que le SD-WAN apporte un réel supplément de valeur car il vient chapeauter, organiser et piloter des liaisons à bas coût, avec peu ou pas de garantie de service, multipliées en nombre pour tenter de prévenir les éventuelles indisponibilités ou dégradations de service.

En France, le très haut débit s’inscrit comme la nouvelle norme. En effet, le déploiement de la fibre optique notamment, voulu et organisé par les pouvoirs publics, connaît un essor fulgurant dans un contexte de marché très dynamique, très concurrentiel, qui va dans le sens d’une formidable démocratisation du « Très Haut Débit ». Les offres évoluent de manière étagée afin d’offrir des solutions cohérentes avec les capacités contributives des différents segments de marché et des différents besoins client. La 4G et, demain la 5G viennent renforcer cette dynamique et l’éventail des possibilités. La régulation opérée par l’ARCEP a permis l’émergence d’opérateurs intermédiaires comme FIDUCIAL Cloud pour offrir notamment l’hybridation des liens qui consiste à pouvoir concevoir pour un même client un réseau WAN constitué de technologies mixtes (Fibre optique, xDSL, 4G) et de liaisons multiples et variées souscrites auprès d’opérateurs de premier rang différents (Orange, SFR, Bouygues, et les différentes Délégations de Services Publics qui ont reçu la concession de certains réseaux).

Le marché de la fibre optique se développe, se démocratise et accélère

Le prix de la fibre optique professionnelle B2B (FTTO), à débits et garanties de temps de rétablissement équivalent, a été divisé par 2 à 3 environ sur ces 3 dernières années dans les zones les plus denses. Cela se traduit par une diminution du coût et/ou une tendance à l’augmentation des débits souscrits. Dès lors que les capacités augmentent, le besoin de piloter ou de contenir les usages diminuent. Dans ce cas, l’intérêt du SD-WAN tend à diminuer fortement sur l’aspect strictement économique.

Sans recours au SD-WAN, il est donc d’ores et déjà possible, d’asseoir son réseau d’entreprise en France, sur la base d’opérateurs différents, de technologies différentes, tout en assurant une gestion centralisée et une abstraction totale pour le client final, dans le but de lui assurer la maîtrise de son réseau et notamment de la disponibilité, de la performance, et du coût. Cela s’appelle l’hybridation et c’est un des métiers principaux de FIDUCIAL Cloud.

Ainsi, nous déployons déjà des équipements qui embarquent de la connectivité Fibre Optique, Ethernet (xDSL) et 4G pour assurer une utilisation combinée de ces différentes liaisons et une bascule automatique en cas de défaillance de l’un ou l’autre de ces liens que ce soit par exemple dans le cadre de réseaux d’accès à l’internet, ou encore de réseaux WAN de type MPLS ou autre.

Dans ce cas, le SD-WAN apporte surtout une couche supplémentaire, de gestion des flux et des équipements dont la configuration et l’administration centralisées se trouvent renforcées, de même qu’il permet un meilleur reporting et un meilleur pilotage des flux applicatifs.

SD-WAN ou MPLS ?

Il n’y a donc pas lieu d’opposer le SD-WAN aux réseaux MPLS. Au contraire ces solutions peuvent s’avérer complémentaires. C’est notamment la vision de FIDUCIAL Cloud qui propose une offre SD-WAN en appuie de son réseau backbone de classe opérateur, de sa dimension d’opérateur intermédiaire et de son offre d’hybridation. Car en effet, le SD-WAN ne se substitue pas aux liaisons opérateur et aux besoins de connectivité.

Le réseau MPLS continue d’être le seul moyen de vous garantir la qualité de service de bout en bout car il n’est en effet pas soumis au caractère variable et imprévisible de l’Internet. Il garantit le cloisonnement de votre réseau, sa performance et sa fiabilité.

L’utilisation d’un seul lien ou de plusieurs liens produit par le même opérateur final, même dans le cadre d’un réseau MPLS, peut cependant constituer un SPOF (Single Point Of Failure), une faiblesse, un risque en matière de disponibilité. De même, il peut s’avérer contre productif d’utiliser son réseau MPLS pour le transport de certains flux considérés comme moins critiques (ex : navigation Internet). Là encore, avant même le SD-WAN, c’est l’hybridation des liens opérateur qui permet d’apporter une réponse efficace à ces enjeux.

LE SD-WAN : Oui, mais à quel prix ?

Si le SD-WAN offre des leviers dans le pilotage de votre réseau, il comporte cependant certaines contreparties qui doivent être bien comprises et assumées.

Aujourd’hui, les offres SD-WAN sont légion et ne manqueront pas de se consolider à terme. Le marché du SD-WAN reste à ce stade en phase de maturation. Chaque solution implique de déployer des équipements de proximité spécifiques et propriétaires. C’est là un changement important dans le cadre de réseaux WAN où depuis longtemps l’adhérence entre les routeurs centraux et les routeurs d’extrémité a été largement dissipée par l’adoption de protocoles standards et d’une compatibilité accrue.

Le SD-WAN implique aussi, quelque part, que les équipes de la DSI reprennent en charge une partie de la gestion du réseau WAN sans quoi il est préférable de la confier à votre opérateur intermédiaire tout en jouissant d’un bon support, d’un bon reportinget d’une bonne qualité de service.

Le SDWAN incite fortement à l’évasion internet en local, ce qui peut s’opposer à la stratégie d’une DSI qui peut vouloir faire converger le trafic Internet, journaliser et filtrer les accès sur une plateforme centrale (proxy). Il existe malgré tout certaines solutions SD-WAN compatibles avec ce principe.

Le SD-WAN implique des coûts supplémentaires qui n’ont que peu ou pas d’impact sur la diminution des coûts associés aux liaisons opérateur en elle-même. En effet, la fin de commercialisation du réseau cuivre (xDSL) prévoit la disparition progressive de ces liaisons « bon marché ». L’avènement de liaisons fibre d’entrée de gamme FTTH et FTTE amenées à remplacer ce segment comportent peu ou pas de garanties et s’inscrivent dans un niveau de prix plus élevé tandis que les prix des fibres FTTO réduisent l’écart. A l’heure actuelle, les offres FTTH tournées vers les entreprises peinent à séduire et sont souvent réservées à des solutions de secours ou des usages non critiques. Bref, dans ce contexte et à ce stade, seules quelques grandes organisations qui déploient le SD-WAN à très grande échelle peuvent espérer un réel retour sur investissement, davantage associé aux économies réalisées sur les phases de déploiement et de maintenance.

La promesse de programmabilité du SD-WAN

La promesse de la « programmabilité » apportée par le SD-WAN se limite pour l’heure essentiellement au niveau des boîtiers SD-WAN et de la couche logicielle en eux-mêmes. Elle ne s’étend que très peu à l’interaction avec les opérateurs de premier rang. Or l’intérêt certain serait de pouvoir piloter les liaisons à toutes les extrémités. Cela supposerait de voir tous les opérateurs développer des API pour couvrir l’intégralité des cas d’usage et permettre d’intervenir directement et dynamiquement sur les liens souscrits. Nous en sommes malheureusement encore assez loin. Il suffit d’intégrer les API des opérateurs de premier rang dans son Système d’Information pour bien s’en rendre compte.

La vision pragmatique de FIDUCIAL Cloud

FIDUCIAL Cloud a fait le choix de bâtir une solution SD-WAN convaincue que le monde des réseaux WAN comme LAN doit connaître la même transformation qu’a connu le monde du Cloud et de la virtualisation des serveurs. La gestion des réseaux LAN et WAN doit continuer d’évoluer vers le SDN et le SD-WAN, ou encore la virtualisation des fonctions réseau (NFV) pour permettre davantage d’automatisation, d’industrialisation, d’orchestration et s’inscrire résolument dans la dynamique de « l’Infrastructure as a Code » et s’intégrer dans la « Tool Chain ».

FIDUCIAL Cloud y voit évidemment un moyen de pousser plus loin l’automatisation des déploiements et des configurations des équipements d’extrémité (routeurs client) et d’offrir un nouveau niveau de gestion et de routage des flux applicatifs.

A ce stade, c’est principalement pour étendre le périmètre des services que nous assurons pour nos clients, et ainsi prendre en charge la gestion de leurs réseaux LAN, au-delà du réseau WAN, que nous proposons nos solutions SD-WAN. Cela nous permet d’assurer la maîtrise des réseaux et du transport des flux de nos clients de bout en bout, dans une logique de maîtrise de la qualité de service globale. Ce besoin se trouve renforcé dès lors que ces flux comportent non seulement de la donnée, mais aussi de la voix ou de la vidéo par exemple.

L’hybridation des liens reste donc encore, de mon point de vue et à l’heure actuelle, le meilleur levier pour la construction d’un réseau d’entreprise fiable, résilient et à coût maîtrisé. Elle doit constituer la première étape avant d’envisager le déploiement d’une solution SD-WAN qui promet davantage d’agilité et de contrôle.

CONTACTEZ-NOUS POUR EN SAVOIR PLUS

Posts à l'affiche

Le bureau virtuel dans le Cloud : VDI 1.0

18/05/2018 | Stéphane Prunier