Le bureau virtuel dans le Cloud : VDI 1.0

18/05/2018 | Services managés, l'organisation informatique des PME | Stéphane Prunier

Vieux concept à l’échelle de l’informatique, le VDI ou Poste de travail virtuel, consiste à déporter l’exécution des postes de travail utilisateurs sur un serveur, ce qui permet d’équiper les utilisateurs finaux avec des simples terminaux ou des PC de puissance modeste. La solution existe depuis les débuts de l’informatique (MainFrame), a toujours été présent dans le monde Unix (X11, terminaux X) et, depuis les années 1990, en environnement Windows (WinFrame sur base NT 3.51). Il a été présenté à grand renfort de campagnes marketing comme le Graal car il permet de gérer de façon centralisée les postes de travail utilisateur et de réduire le sacro-saint TCO (coût de possession). Malheureusement, le VDI se révèle compliqué à mettre en œuvre au sein d’une DSI, avec souvent une déception à l’arrivée car le gain financier escompté n’est pas au rendez-vous. En effet, quelle que soit la solution retenue, le coût représenté par les investissements matériels, licences, formations et recrutements de compétences sera très souvent supérieur à une gestion classique du parc PC, d’autant que la maintenance des postes s’est largement simplifiée ces dernières années avec le développement d’outils de management centralisé et la ‘webification’ des applications

Le Cloud motorise aussi le poste de travail utilisateur

Depuis quelques années, le VDI fait néanmoins un retour en force sous le nom de DaaS (Desktop as a Service), bénéficiant de la révolution Cloud et la banalisation du haut débit. Virtualisation, réseau et stockage en étant les briques de base, on retrouve chez les acteurs du Cloud les compétences, technologies et infrastructures permettant d’offrir en mode service des postes de travail virtuels, et ce de façon scalable et sécurisée tout en maintenant un tarif compétitif. Libéré de la difficulté d’implémentation, le client peut pleinement profiter des avantages offerts par le DaaS :

  • Fonctionnement multi-terminaux : la même session bascule très facilement d’un smartphone à une tablette ou un ordinateur.
  • Sécurité accrue : Authentifications renforcées, les données ne sortent pas du datacenter, souvent soumis à des normes très strictes de sécurité (Iso27001), sauvegarde des données fiable et rapide.
  • Performances augmentées pour les applications historiques: les applications « non web » bénéficient de meilleures performances en s’éxécutant au plus près des bases de données sur un réseau très performant.
  • Management centralisé : une seule installation de l’application est nécessaire pour qu’elle soit disponible à l’ensemble des utilisateurs, avec un contrôle très fin des accès et un suivi des licences largement simplifié.
  • La cloudification, transformation digitale des postes de travail en "nuages informatiques" flexibles, peut se faire à plusieurs niveaux, suivant le besoin rencontré. Il est possible de ne publier qu’une application, par exemple pour faciliter l’accès à une application métier ancienne de type client lourd. On peut ensuite publier un bureau complet offrant un ensemble d’applications et d’accès à un réseau privé, ou aller jusqu’à offrir aux utilisateurs une machine complète qui pourra répondre aux besoins les plus spécifiques.

Chez FIDUCIAL Cloud, nous avons élaboré une réponse technique différente à chacun de ces trois usages, en tirant le meilleur parti des solutions proposées par les 3 éditeurs qui se partagent 80% du marché, à savoir Citrix, VMWare et Microsoft.

Découvrez nos solutions de virtualisation des postes de travail

Posts à l'affiche

Le bureau virtuel dans le Cloud : VDI 1.0

18/05/2018 | Stéphane Prunier